En savoir +

Notre technologie

LE HP2A, UN NOUVEAU MATÉRIAU DE CONSTRUCTION

Le terme Géopolymère faisant parfois débat dans la communauté scientifique sur la nature « géopolymérique », ou pas, de telle invention, il a été décidé d’utiliser le terme plus générique d’activation alcaline et l’invention a donc été nommée « HP2A » « High Performance Alcaline Activation ». Le terme « HP2A» a été déposé à l’INPI.

Le projet HP2A est né de la rencontre entre David Hoffmann, ingénieur spécialisé dans la chimie des
liants minéraux depuis plus de 20 ans, et Julien Blanchard, directeur d’ARGILUS acteur français majeur du marché de l’écoconstruction. Un brevet a été déposé à l’INPI en 2015.

David Hoffmann, inventeur de la technologie HP2A

Le HP2A est une innovation majeure, une rupture technologique qui représente une formidable opportunité pour la mutation économique nécessaire au regard des enjeux bioclimatiques mondiaux.


LE HP2A RÉPOND AUX BESOINS ACTUELS ET FUTURS

Il existe des alternatives aux matériaux de construction classiques mais elles ne répondent que partiellement aux exigences de performances nécessaires. De plus, leur coût économique élevé se révèle souvent une limite à une large utilisation.

Pourtant, malgré les limitations techniques et économiques, de plus en plus de personnes font l’effort d’essayer de construire en intégrant un maximum de matériaux à faible empreinte écologique. Cette tendance récente est de plus en plus marquée et montre le renforcement des préoccupations modernes en faveur de la protection de l’environnement.

Cependant, pour que l’impact en soit suffisamment important pour être mesurable, il faudrait que cette démarche soit accessible au plus grand nombre. Ainsi, pour qu’un produit de construction puisse véritablement permettre un développement durable de notre société, il faudrait qu’il réponde favorablement aux trois critères suivants :

  • . un coût économique réaliste
  • . des performances techniques élevées
  • . une empreinte écologique faible

Ces trois grands axes ont formé la base du cahier des charges lorsque David Hoffmann et Julien Blanchard, ont décidé de mettre en commun leur expérience pour développer des liants à basse empreinte carbone compatibles avec les besoins actuels. A ces objectifs de départ a été ajoutée l’applicabilité industrielle car le réalisme économique fait qu’un projet ne peut s’inscrire durablement sans une application à grande échelle.

Une période de plusieurs mois a suivi pendant laquelle de très nombreuses recherches en laboratoire et d’essais industriels ont été effectués. Un système de formulations a progressivement été mis au point pour aboutir à la technologie HP2A. Ce système de formulations respecte les trois objectifs qui avaient été fixés au départ et constitue donc, en quelque sorte, les fondations à partir desquelles les applications pratiques futures pourront être réalisées.

Cette culture de formulation est très bien relayée par une grande connaissance des ressources minérales valorisables. Ceci permet de proposer le développement de liants adaptés dont la formulation peut être ajustée au grès du cahier des charges d’exploitation tout en recourant à l’utilisation de ressources
économiquement pertinentes.

Un brevet, déposé en 2015, de nombreuses
applications pour construire durablement